MHARS

Le projet MHARS propose d’étudier le statut du discours sur les sciences dans le cadre des premières institutions organisant l’activité scientifique, et en particulier l’Académie Royale des Sciences, depuis sa création (1666) et jusqu’à la naissance de l’Institut National (1795). Cette institution apparaît comme un lieu problématique où on peut observer l’émergence d’une forme de tension entre ceux qui produisent les nouveaux savoirs et ceux qui offrent les conditions de leur réalisation, entre le discours scientifique et le discours de légitimation et diffusion des savoirs. Cette réflexion est visible dans les écrits par lesquels les savants communiquent le résultat de leur recherche : le Journal des Sçavans, (premier journal scientifique mondial) et l’Histoire et Mémoires de l’Académie des sciences. Ces écrits interrogent les fondements des connaissances humaines et les modalités de leur élaboration dans le temps, en même temps qu’ils contribuent à la création d’un nouvel ethos, celui de l’homme de science. Notre hypothèse de travail est que l’examen de la période (de l’Ancien Régime à la Révolution) et du corpus choisis (les volumes consacrés à l’activité académique et le journal qui précède puis redouble les volumes produits par l’Académie) permettra de réviser une définition habituelle de modernité par la croyance partagée dans la valeur et l’utilité des sciences, en particulier comme outils du progrès politique et social. Au-delà, le projet MHARS invite à repenser dans une perspective historique les modalités de production, de diffusion et de valorisation socio-économique de nos propres pratiques de la recherche.


1 réflexion sur « MHARS »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.